Une trentaine de chaperons et d’escortes ont suivi une session de formation sous l’égide de la Commission antidopage présidée par Gérard Requin, le samedi 11 mai. C’était à l’hôtel Voilà à Bagatelle. Les chaperons et les escortes ont reçu une formation théorique et pratique sur les protocoles mis en place par la Commission.

Au dire de Gérard Requin, ces chaperons et escortes – venant du secteur de la santé mais aussi d’autres secteurs publics – ont pour « rôle d’assurer la propreté des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) ». Présent à cette session de formation, malgré un agenda chargé, le ministre de la Jeunesse et des Sports Stéphan Toussaint a affirmé que la Commission antidopage a un gros travail à abattre.

« Ces Jeux doivent être sans tache et sans produits illicites », a dit le ministre qui est aussi le président du Comité d’organisation des Jeux des îles. Stéphan Toussaint a aussi fait ressortir que lors de sa mission aux Seychelles, il a eu une rencontre avec Jean Larue, président de l’Organisation régionale antidopage (ORAD) de l’océan Indien.

Pour sa part, le CEO du COJI Jean-Pierre Sauzier a déclaré que c’est « un honneur suprême de servir le pays » tout en rappelant l’importance de l’antidopage. Il a expliqué aux chaperons et escortes qu’il faut qu’ils soient les gardes-fou des Jeux des îles de l’océan Indien.

« Nous allons pouvoir compter sur vous. La Commission antidopage est une équipe de l’ombre, dopée par la motivation, avec une importance capitale », a ajouté Jean-Pierre Sauzier.

À souligner que la session de formation était ponctuée par une démonstration lors de laquelle les chaperons et les escortes ont pu apprendre comment se fait un prélèvement d’échantillon d’urine ainsi que les protocoles éventuels à suivre. Cette journée de formation s’est terminée par un examen écrit et une distribution de certificat.