La Commission médicale forme les physiothérapeutes en vue des JIOI 2019

Ils seront une quarantaine de physiothérapeutes du privé et des hôpitaux publics venant des quatre coins de l’île à proposer leurs services aux athlètes lors des JIOI 2019. Depuis hier (jeudi), ils sont réunis à l’hôpital Wellkin, à Réduit et entament le deuxième des quatre jours de formation, sous la supervision étroite du Sud-Africain Jaco Colyn, professeur en physiothérapie sportive à l’université de Free State, en Afrique du Sud.

Le programme mis en place comprend à la fois une partie théorique et une partie pratique. Les sujets sont comme suit : les bases de la médecine sportive, les soins nécessaires en cas de blessures graves ; faire un diagnostic et préparer un plan pour les athlètes. La méthode de traitement telle que le strapping, ainsi que la réhabilitation et le retour à la compétition seront privilégiés lors de cette formation. Les médecins formés auront également la chance de discuter sur les avancées menées dans le domaine.

Il est à noter qu’une deuxième formation est prévue pour février à l’intention des médecins, au mois de mars pour les infirmiers et en avril pour les brancardiers et les chauffeurs. Au total, 300 personnes du monde médical seront concernées par les Jeux des îles. Pour Yannick d’Hotman, responsable de la Commission médicale du COJI, il est impératif de former les médecins, les infirmiers, les kinés et même les secouristes, car la réussite des Jeux en dépend. Il affirme que la médecine connaît constamment des progrès et que l’on ne peut se contenter de la médiocrité.

Le CEO du COJI, Jean-Pierre Sauzier, salue cette initiative fort louable de la Commission médicale, et se dit satisfait du travail accompli par cette équipe. « C’est une excellente initiative de la part de la Commission médicale qui abat un travail de haute facture. D’autres activités de ce genre sont prévues dès le début de l’année. C’est l’une des commissions où je suis extrêmement satisfait du travail abattu », a-t-il déclaré.

Rappelons que c’est la deuxième activité organisée par cette commission après le Symposium médical, la semaine dernière.