Corine et Loreen aux avant-postes

Elles se ressemblent, nourrissent la même passion pour le ballon orange et ont sensiblement le même âge. Leur parcours dans le basket-ball mauricien a  également beaucoup de points en communs. Pourtant, elles ne sont pas sœurs. Corine Somauroo et Loreen Davy sont les deux noms qui reviennent le plus souvent lorsque l’on évoque la sélection féminine de basket-ball.

La première nommée participera à ses 5èmes Jeux des îles de l’océan Indien après les éditions de 2003 à Maurice, 2007 à Madagascar, celles de 2011 aux Seychelles et de 2015 à l’île de La Réunion. Celle qu’elle considère comme sa meilleure amie en sera à sa quatrième participation d’affilée dans cette compétition.

Ces deux demoiselles pleines d’énergie et très loquaces demeurent les piliers de la sélection.  Pour ce qui sera probablement leur dernière sortie sur la scène internationale, elles veulent toutes deux ramener la plus belle médaille lors des JIOI 2019. « Ma motivation demeure les Jeux des îles de 2019. Ce sera mon public et je dois ramener cette médaille qui donnera le sourire à tous », confie Loreen. Et à Corine, sa complice de toujours d’ajouter : « Nous n’avons pas souvent l’occasion d’évoluer à la maison. Il faudra tout donner ».

Loreen a intégré le Centre de formation à l’âge de 13 ans. Pourtant, l’aventure pour elle a débuté cinq ans plutôt. « J’avais huit ans et j’étais allé voir un match de basket. C’était tout de suite le coup de foudre et j’ai su que serait ma passion », explique la jeune femme qui travaille à la Mauritius Football Association (MFA). En équipe nationale, les deux joueuses ont connu plus ou moins le même parcours avec notamment le point culminant lors de Jeux des Iles de 2011 aux Seychelles.

« On s’est retrouvé à la lutte pour la troisième place. Et c’était contre les Seychelles. Notre seul pensée à ce moment était de faire le hold-up chez eux », se rappelle Corinne. Chose qu’elles parviendront à réaliser en arrachant la troisième place.  « C’est probablement mon meilleur souvenir en tant que basketteuse », lâche Loreen.

En guise de reconversion, elles songent à rester dans le giron du basket-ball. « J’ambitionne de devenir coach », explique Loreen. Pour sa meilleure amie, ce projet prend forme petit à petit. « J’initie des enfants aux fondamentaux de la discipline », ajoute Corine.

A un peu plus d’un an des prochains JIOI. Le pays pourra compter sur ses deux piliers pour monter sur le le podium aux prochains Jeux.