JIOI 1993 – 4e édition aux Seychelles

Accueil chaleureux des Dallons et performance remarquable de Maurice

Les Seychelles se voient confier l’organisation des Jeux des Îles pour la première fois de leur histoire. C’était en 1993, lors de la 4e édition de ce rendez-vous dont la réputation dans la région continue à rallier toutes les nations participantes à sa cause.

Situées sur la ligne de l’Équateur et composées d’une centaine d’îles, les Seychelles offrent un cadre enchanteur à ces Jeux, surtout aux touristes et autres vacanciers en quête d’évasion. Toutefois, tous ceux engagés n’auront pas cette idée en tête durant la grand-messe qui se déroule du 20 au 29 août à Mahé, l’île principale de l’archipel. Les Seychelles, qui organisent un événement sportif de cette envergure pour la toute première fois de leur histoire, ne déçoivent pas leurs convives.

Les Maldives alignent de manière symbolique cinq raquettes en badminton et cinq véliplanchistes. Une fois de plus, leur but est de prendre avant tout du plaisir avec cette participation.

Cette édition réserve un triste sort à Alain Denis. On se souviendra longtemps de la détresse du cycliste mauricien lorsqu’il subit une crevaison à 12 km de l’arrivée dans le contre-la-montre par équipes. L’équipe Maurice A a une avance confortable de 15 secondes sur ses rivaux de La Réunion, mais le destin en décidera autrement. Heureusement que le quadricolore conserve intact son moral après cette mésaventure. Il s’empare d’ailleurs de la médaille d’or dans le contre-la-montre individuel quelques jours après.

Duel fratricide

En haltérophilie, les hommes de fer que sont Gino Sooprayen (59kg), Marc Coret (70kg), Adriano Bade (70kg) ou encore Shirish Rummun (99kg) écrasent tout sur leur passage. Au total, Maurice récolte 30 médailles dans cette discipline, dont 22 en or. Une véritable razzia.

En tennis de table, on assistera à un duel fratricide entre fils du sol. La finale du double-hommes oppose, en effet, Didier Hao Thyn Voon et Rajessen Desscann à Ravi Bhurtun et Patrick Sahajassein. C’est la première paire nommée qui l’emportera. Au tableau féminin, les Mauriciennes Anne-Marie Li Wai Pang et Fiona Picon dicteront leur loi. Jean-Claude Farla et Pascal Ménagé brilleront, eux, sur l’eau dans la discipline de la voile.

Les parcours du 5000m et du 10 000m n’auront aucun secret pour Jean-Louis Prianon en athlétisme. Dans le camp mauricien, le quatuor, composé de Christian Boda, Dominique Mayépa, Bruno Potanal et Barnabé Jolicoeur, s’impose haut la main avec un record au relais 4x100m devant la Réunion de Daniel Sangouma. Maryse Justin rentrera également dans son pays natal avec l’or avant de nous quitter deux ans plus tard.

En football, Madagascar ne se fait pas prier pour mettre la main sur le titre en disposant de La Réunion en finale. Maurice se consolera avec la médaille de bronze.
Pour rester dans le registre du sport collectif, il faut souligner l’excellente prestation de l’équipe féminine de volley-ball du Club Maurice victorieuse de Madagascar sur le score de 3-1.

Au classement des médailles, le pays hôte finira au pied du podium. Mais qu’importe, l’essentiel était d’offrir un beau séjour aux invités venant des pays de la région. La cérémonie de clôture se déroule, elle, sans la délégation mauricienne, absente en signe de protestation contre les injustices subies durant ces Jeux à l’instar de l’inclusion de Daniel Sangouma et de Jean-Louis Prianon dans la délégation réunionnaise.

Disciplines retenues
Athlétisme, basketball, voile, judo, badminton, volley-ball, tennis de table, natation, tennis, boxe, haltérophilie, cyclisme, football.

Tableau des médailles

  • Rang
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • Nation
  • Réunion
  • Maurice
  • Madagascar
  • Seychelles
  • Comores
  • Maldives
  • Or
  • 64
  • 51
  • 30
  • 19
  • 0
  • 0
  • Argent
  • 57
  • 45
  • 33
  • 24
  • 1
  • 1
  • Bronze
  • 34
  • 50
  • 41
  • 32
  • 2
  • 1
  • TOTAL
  • 155
  • 146
  • 104
  • 75
  • 3
  • 2