JIOI 1998 – 5e édition à l’île de la Réunion

1600 athlètes et autant d’histoires à raconter

Les Réunionnais invitent leurs voisins de l’océan Indien à la grande fête du sport pour la deuxième fois de son histoire. La compétition se déroule du 7 au 15 août 1998. Six pays prennent part à ces Jeux. Le pays hôte présente la plus grande délégation avec 396 athlètes.

Maurice suit derrière avec 380 athlètes tandis que les Malgaches présentent un contingent de 350 sportifs. Les Comores, elles, débarquent avec un total de 130 sportifs alors que les Maldives n’alignent que 22 athlètes dans deux disciplines. Les Seychelles, hôte de la précédente édition, entendent bien poursuivre sur leur lancée. Un total de 1600 athlètes s’affrontent durant un peu plus d’une semaine en terre réunionnaise.

Cette année-là, le Comité organisateur des Jeux avait choisi Bayoun, une tangue anthropomorphe, pour être la mascotte des Jeux. Quelques années plus tard, ce sera son fils Ti Bayoun qui reprendra le flambeau.

La cinquième édition voit l’apparition du premier concours de karaté. Ce sport de combat n’a eu aucun secret pour l’île Sœur qui rafle six médailles d’or à ce concours. La lutte est, elle, de nouveau au programme des Jeux. Dans cette discipline, ce sont les Malgaches qui dominent les débats. Les athlètes de la Grande Ile remportent cinq médailles grâce notamment à leurs prestations dans les petites catégories.

Bon anniversaire Macaque

Au cours de ces Jeux, personne n’oubliera la petite silhouette du Malgache Haja Ramaianjatovo. Pieds nus sur la piste, il a réalisé le doublé au 5000m et au 10,000m. Il entre un peu plus dans la légende en remportant le marathon en couvrant les 42, 195km et 2h25m17sec. Le petit homme des hautes plaines rentre chez lui après un retentissant triplé. En finale de football, ce sont les Réunionnais qui s’imposeront contre les Malgaches aux tirs au but (7-6).

Dans le camp mauricien, on retiendra l’excellente performance de Kamil Patel en tennis. Le tennisman ramène dans ses valises deux médailles d’or acquises sur le tournoi simple d’abord, puis sur le double-hommes avec Jean-Michel Bourgault.

En haltérophilie, Michael Gerie et Shirish Rummun ont fait honneur à leur réputation d’hommes de fer. Les deux leveurs de fonte sont rentrés au pays avec l’or autour du cou. Idem pour Michael Macaque. Ce mastodonte, concourant chez les +91kg, fêtera dignement ses 23 ans en dominant le Seychellois Roland Raforme en finale de la catégorie.

La délégation mauricienne réalisera également un sans-faute en badminton et comme un symbole, il incombera à Eddy Clarisse, alors numéro 1 au classement national, de finir le travail. Sans trembler, il rapportera la 7e médaille d’or dans le clan mauricien en dominant Olivier Fossy en finale du simple-homme. Avant lui, Neeta Seesurrun s’était aussi distinguée sur les courts.

Le Club Maurice regagne le pays avec le sentiment du devoir accompli, mais surtout avec 154 médailles, dans l’escarcelle, dont 49 en or.

Disciplines retenues

Athlétisme, basketball, handball, volley-ball, voile, tennis de table, tennis, natation, judo, karaté, cyclisme, haltérophilie, boxe, lutte, badminton.

Tableau des médailles

  • Rang
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • Nation
  • Réunion
  • Maurice
  • Madagascar
  • Seychelles
  • Comores
  • Maldives
  • Or
  • 73
  • 49
  • 41
  • 13
  • 0
  • 0
  • Argent
  • 65
  • 44
  • 39
  • 22
  • 1
  • 1
  • Bronze
  • 50
  • 61
  • 50
  • 34
  • 6
  • 1
  • TOTAL
  • 188
  • 154
  • 130
  • 69
  • 7
  • 2