JUDO : Des belles prises à prévoir

En 2019, le judo sera présent aux JIOI pour la neuvième fois. Sept catégories sont en lice chez les hommes (-48, -52, -57, -63, -70, -78, +78) et idem chez les dames (-60, -66, -73, -81, -90, -100, +100). Un tournoi par équipe est aussi disputé en masculin et en féminin, alors que le combat toutes catégories n’est pas régulièrement inscrit. La Réunion a souvent dominé cette discipline au tableau des médailles, mais Maurice et Madagascar ont aussi connu leurs moments forts.

Mounawah et Georges

Joseph Mounawah, figure incontournable du judo mauricien et de l’océan Indien, a été le seul Mauricien à mettre son adversaire au tapis en finale. De quoi satisfaire tout un peuple qui ne s’est même pas soucié de l’emprise réunionnaise sur cette discipline (8 sur 9) présentée aux JIOI pour la première fois en 1985, et qui ne faisait pas office pour les dames.

Cinq ans plus tard (1990), après le round d’observation des Malgaches en 1985, ces derniers sonnent la charge et remportent huit médailles d’or, dont cinq en masculin. La Réunion s’empare aussi de neuf médailles d’or. Laval Georges sauve les meubles pour Maurice en -71 kg.

Indétrônable Chavriacouty

Pas de quoi paniquer dans le camp mauricien. Après la médaille d’or de Mounawah (1985) et de Georges (1990), le judo local progresse à son rythme. L’expérience acquise par Priscilla Cherry et Marie Michèle St Louis en 1990 porte finalement ses fruits en 1993 où Maurice remporte quatre titres. Cherry, St Louis et Antonio Félicité ramènent trois médailles d’or dans l’escarcelle mauricienne.

Sur le plan individuel, le Réunionnais Erick Chavriacouty, double médaillé d’or (mi-moyen/toutes catégories) en 1985, en 1990 (-78 /toutes catégories) et en 1993 (-86/toutes catégories) a marqué de ses empreintes le judo des îles de l’océan Indien.

Maurice passe en tête

Maurice va passer à la vitesse supérieure en 1998 en remportant huit médailles d’or, soit quatre en masculin et autant en féminin et devance La Réunion (5) et Madagascar (4) au classement. Jean-Claude Raphaël et Marie Michèle St Louis gagnent dans leur catégorie respective et en toutes catégories. Dans le camp mauricien, à l’approche des JIOI 2003 à Maurice, on pensait pouvoir bousculer à nouveau la hiérarchie au dojo de Grande Rivière Nord-Ouest. Mais les judokas réunionnais vont surgir pour prendre neuf médailles d’or et ne laisseront que six aux Mauriciens.

Lors des deux éditions suivantes des JIOI, Maurice a décroché trois médailles d’or, puis quatre en 2015 et se trouve désormais dans l’obligation de reprendre du poil de la bête. Pour cela, elle compte sur les Priscilla Morand, Anabelle Laprovidence, Christiane Legentil, Sébastien Perrine, entre autres, pour propulser Maurice en tête du classement de l’océan Indien, en juillet 2019.